Je vis dans le Loir-et-Cher, mais je suis née en Bourgogne, à Chalon-sur-Saône précisément. Et je suis très attachée à mon territoire d’origine, ne serait-ce que parce qu’une grande partie de ma famille y vit toujours.

En outre, la Bourgogne est une contrée fort agréable, qui possède de nombreux atouts : du bon vin, du délicieux fromage, de succulents escargots, de belles maisons en pierres, de beaux paysages… bref, on s’y sent bien. Mais pour discuter avec les Bourguignons, il vaut mieux avoir quelques notions, sinon, c’est compliqué 😆

Voici un petit guide de survie qui pourra vous aider. La liste n’est bien sûr pas exhaustive; je l’ai construite en écoutant parler les personnes de ma famille (si un Bourguignon passe par là, je l’invite à m’en partager d’autres):

 

Beugne: coup, bosse. (je me suis pris une belle beugne !)

Beugner : abîmer (beugner la voiture) 

Beurdin : fou (si tu vas pas en Bourgogne, t’es beurdin !)

Beutiot : bourin (c’est pas la peine d’y aller comme un beutiot !)

Beusenot : niais (quel beusenot !)

Bonne amie : petite amie, fiancée (je te présente ma bonne amie)

Boustifaille : nourriture (je prépare la boustifaille)

Chouinoux : qui pleure (un enfant chouinoux, arrête de chouiner)

Chouto : (une) chouette (espèce de vieux chouto !)

Conscrit : être né la même année (la Danielle et moi, on est conscrites, on est toutes les deux de 76).

C’te : remplace ce, cet, cette (en bourguignon, on ne dit pas cet après-midi, mais c’tantôt)

Daubé : avarié (il est daubé ton poisson)

Dégnaffré : plus que cassé, complètement hors d’usage. Quand c’est dégnaffré, on ne peut plus rien faire (il faut que je change mes chaussures, elles sont complètement dégnaffrées)

Dépatouiller : dépêtrer (je me suis mis dans un sacré bourbier. je ne sais pas comment je vais m’en dépatouiller)

Dis-voir : expression utilisée en début de phrase lorsqu’on demande quelque chose à quelqu’un (dis-voir, t’aurais pas vu mes lunettes ?)

Magner (se) : se dépêcher (magne-toi un peu on va être en retard !)

Pautrer : marcher, piétiner, tasser (tu as encore été pautrer dans la boue !

Ptiot(e) : enfant (il est mignon le ptiot)

Queuter : rater (j’ai tout queuté mes examens)

Rabasse : averse (je me suis pris une de ces rabasses !)

Talé : abimé, blessé (elles sont toutes talées ces pêches !)

Treiniaud : celui qui traîne (y a des treiniauds partout sur la route)

Treue : truie (elle mange comme une treue)

Vindieu : juron (vous voyez l’idée …)

Wouaille : interjection permettant d’exprimer une émotion spontanée (se prononce vouaille)

 

Sinon, en Bourgogne…

On va en course ou au coiffeur,

on ne dit pas cet après-midi mais ce tantôt (ou c’tantôt), ni tu ferais mieux de, mais t’as meilleur temps,

on appelle les gens par leur prénom précédé de le ou la : le Bernard, la Dominique,

on met des y partout (vas-y, fais-y, je vais y prendre, je vais y faire),

on met des r devant les mots pour dire à nouveau (t’en r’veux ?),

on roule les r et on accentue les a et les eu (des pâtes = des pââââtes, une feuille = une feûûûille).

Enfin,  comme on est joyeux, on chante le ban bourguignon et l’hymne bourguignon !

Vous verrez, au bout d’un moment, on s’habitue ! On commence même à parler comme eux. C’est ce qui m’arrive dès que je pose le pied en terre bourguignonne 😉

 

Je dédis ce texte à toute ma famille bourguignonne. Je vous aime 💖

Pin It on Pinterest

Share This